Bienvenue sur le site du Nuni du Sud

GrenierNous vous souhaitons la Bienvenue sur notre site. Nous somme heureux de vous accueillir et nous espérons que vous allez apprécier votre passage sur ce site avec nous.

Aperçu de la langue Nuni

Les nuna sont un groupe ethnique vivant dans la partie sud du Burkina Faso. Le nuni, langue dont parle les nuna, est classée dans la famille linguistique Niger-Congo, du groupe Gur, du sous-groupe Gur-central, de la subdivision Sud. La langue nuni est recensée parmi les langues Gurunsi du Burkina Faso. Elle est très apparentée à la langue Kasem et à la langue lyélé qui sont toutes deux des langues voisines du nuni. Les nuna sont estimés à plus de 400.000 individus (Recensement 2004). La majorité des nuna sont agriculteurs et vivent en zones rurales. Cliquer ici pour en savoir plus sur les nuna (article en anglais). 

En ce qui concerne leur vie religieuse, 15% de nuna pratiquent la religion  traditionnelle africaine contre 60% de musulmans et 35% de chrétiens. Notons cependant qu’il y’a une forte pratique de syncrétisme religieux parmi les musulmans et les chrétiens. Les nuna vivent dans une société construite sur des liens de sang, où les ancêtres jouent un rôle très important en tant que fondateurs des familles, des lignées, des clans et de l’ethnie elle-même. Les ancêtres sont pour les nuna, des médiateurs incontournables entre les humains et les esprits. Dans le monde des esprits, les ancêtres agissent en faveur de leurs descendants vivants. Ils les défendent contre les attaques des mauvais esprits et intercèdent en leur faveur auprès des divinités locales. Ils pourvoient la sagesse et la direction aux vivants pour une vie vertueuse sur la terre.

Les nuna aperçoivent les liens entre parents et enfants comme étant plus que biologiques. Ces liens sont aussi sociaux que spirituels. Tout comme dans l’Ancien Testament où les Israélites se réfèrent au Dieu créateur de l’univers comme étant le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob—leurs ancêtres, les nuna aussi parlent de leurs divinités locales comme étant des divinités locales héritées de leurs ancêtres. D’ailleurs, on les entend souvent dire : « Nous ne pouvons pas abandonner ce qui appartient à nos grands parents ! »